Pin noir d'AutricheNe trouvez-vous pas que ce si bel été est propice à la flânerie, aux balades ombragées, avec un peu de repos, un peu de silence “naturel” ? Je vous propose de vous faire part de mes coups cœurs pour les jardins et parcs de Normandie.

Aujourd’hui je vous invite à passer les grilles du Parc Calouste Gulbenkian

UN JARDIN REMARQUABLE

Sa situation

Le Parc des Enclos Calouste Gulbenkian est un parc exceptionnel de 33 hectares, situé sur la commune de Bénerville-sur-Mer.
Il est planté d’essences rares et combine différentes atmosphères propices à la méditation, comme le souhaitait son concepteur.

La rencontre d’un Homme et de la Nature

Le Parc des Enclos fut acquis en 1937 par Calouste Gulbenkian, homme d’affaires doublé d’un esthète.Lors d’un séjour en 1928 en Espagne, il est charmé par la découverte des jardins du Retiro près de Malaga.

A l’issue de cette visite, il note dans son journal “Homme de science et rêveur dans un jardin à ma façon, voilà deux grands objectifs de ma vie que je n’ai pu atteindre”. Qu’importe, neuf ans après, lors de l’un de ses séjours à Deauville, il fait l’acquisition du Domaine des Enclos.

En fait c’est un hôtel entouré d’un vaste parc. Il va réaliser là le jardin dont il rêve et en confie la réalisation à l’architecte paysagiste Achille Duchêne, qui mêla à la fois le style classique des jardins à la française avec des parterres disposés géométriquement, l’aménagement plus naturel des jardins à l’anglaise ou le style italien avec ses ifs taillés en pointe et ses balustrades.

Qui était Calouste Gulbenkian

Très occupé par ses affaires, le parc était son lieu de ressourcement.

Lorsqu’il séjourne à Deauville, il prend pension à l’hôtel Royal et se rend chaque jour aux Enclos. Sur place, il marche ou s’installe un fauteuil de toile et contemple les vieux arbres, respire le parfum des arbustes et des parterres en fleurs, en écoutant les chants des d’oiseaux.

A son décès en 1955, le parc est géré par la Fondation Gulbenkian, qui en 1973, en fait donation à la Ville de Deauville.

Calouste Gulbenkian

“Mon désir est d’arriver à un ensemble de grande harmonie
excluant toutes les petitesses trop fréquentes dans les jardins
de style (…) conserver à l’ensemble son caractère romantique
et le réhausser, l’embellir et non pas le styliser…”
Calouste Gulbenkian , Lettre à Achille Duchêne, printemps 1938

 

Mûrier PleureurErable